Être haut potentiel et malheureux

Être haut potentiel et malheureux

Haut potentiel, surdoué précoce… autant de qualificatifs qui enferment les personnes dans des cases, qui laissent paraître présupposés et préjugés.

En effet, beaucoup de personnes sont persuadées, qu’avoir un potentiel d’intelligence supérieur à la moyenne est forcément synonyme de réussite et de bonheur.

Seulement, tout n’est pas si simple, et ces personnes ont parfois la sensation d’être « anormales », alors qu’avoir un haut potentiel intellectuel n’est pas être supérieur aux autres, mais simplement être différent.

Justement, ne sommes-nous pas tous différents et uniques ?

« Être Zèbre » qu’est ce que c’est ?

Afin, de casser tous ces préjugés, liés aux différentes appellations de la personne surdouée, la psychologue française, Jeanne Siaud-Facchin, spécialiste du sujet et auteur de l’ouvrage « Trop intelligent pour être heureux” a inventé dans les années 2000, le terme de « Zèbre ».

« Zèbre », car difficilement apprivoisable, et qui se fond dans le décor, tout en se distinguant, par des caractéristiques propres a chacun (les rayures).

A l’origine, le terme « zèbre », désignait des personnes HPI soient, de hauts potentiels intellectuels, mais aujourd’hui, il concerne également les personnes dites HPE c’est-à-dire à hautes compétences émotionnelles.

Les « zèbres » se distinguent tout d’abord par un quotient intellectuel au-dessus de la moyenne, supérieur ou égal à 130 sur l’échelle de Wechsler.

Ils ont un « câblage neurologique » différent, selon l’auteur Christel Petitcollin dans son livre, « Je pense trop, comment canaliser ce mental envahissant« .

Ce sont des personnes créatives, curieuses, parfois difficiles à suivre dans leur discours. Elles sont aussi dotées d’une hypersensibilité émotionnelle et d’une empathie hors norme. Ce sont de véritables éponges !

Les « zèbres » ont un sens aigu de la justice, de la précision, de la logique et de la cohérence.

Mais ce n’est pas parce qu’un enfant est 1er de sa classe qu’il est surdoué. Souvent, d’ailleurs les enfants précoces ont du mal à s’adapter à un système qui ne leur convient pas et ont de mauvaises notes.

Un grand mal-être, pour certains « zèbre »

Si pour certains, tout se passe très bien, même si, le cerveau est en constante ébullition et que les pensées fusent et défilent sans relâche, pour d’autres, la vie est beaucoup moins simple.

Ils doutent de leur capacité et se sentent en décalage avec le monde, se remettent excessivement en question et ont la sensation de déranger leur entourage.

Ils se sentent incompris et souvent ne se comprennent pas eux-mêmes.

Sensibles, et parfois susceptibles, ils ressentent un fort sentiment de solitude, même au milieu des autres, tout en ayant un profond besoin d’être seuls, pour se ressourcer.

Ce sont des esprits qui ne rentrent pas dans le moule et qui parfois se demandent ce qu’ils font là. L’impression d’être le “vilain petit canard », même au sein de sa famille.

Frédéric, haut potentiel mal dans sa peau

Frédéric (prénom modifié pour préserver l’anonymat), jeune adulte, a décidé de venir me voir, parce qu’il est mal dans sa peau.

Depuis qu’il est tout petit, il sait qu’il est un enfant précoce et ne l’accepte pas. Il a toujours eu cette sensation, que quelque chose n’allait pas chez lui.

Il a du mal à gérer ses émotions. Parfois, elles l’envahissent, prennent toute la place, et puis, il y a ces pensées qui partent dans tous les sens.

C’est difficile de s’intégrer, d’aller vers les autres. Il ne garde pas ses boulots, parce qu’il se sent mal à l’aise.

Frédéric fait tout pour cacher sa différence. Il se fait tout petit pour qu’on ne le remarque pas. Il veut être comme les autres.

Pour s’échapper, il est tombé dans l’addiction et dans ces moments-là, ses pensées deviennent enfin linéaires. Il est dans une bulle artificielle.

Au fil de notre échange, de mes questions, Frédéric commence à poser un autre regard sur sa vie. Il prend du recul.

Il commence à apercevoir sa différence, peut-être comme un cadeau offert par la nature. Et si au lieu de se voir comme un « alien », il regardait son potentiel, sa créativité comme des outils pouvant lui apporter du bonheur !

L’hypnose, un outil particulièrement adapté

Les personnes à haut potentiel ont une incroyable capacité à faire coexister conscient et inconscient, et peuvent les diriger vers leurs propres solutions.

Ils mobilisent leur imagination fertile et leurs ressources avec une vivacité surprenante.

Frédéric n’a pas échappé à la règle, il est rapidement entré en état d’hypnose et son imagination s’est mise en marche.

Il a pu ainsi, lors de cette première séance, se débarrasser d’une sensation désagréable au niveau de la poitrine, l’impression de se libérer de quelque chose. Il a découvert, comment créer une bulle, SA bulle, sans artifices…
Une certaine harmonie avec lui-même s’est installée et il comprend comment interagir avec les autres.

D’autres séances suivront..

L’autohypnose pour s’aider soi-même

L’autohypnose peut permettre à chacun d’exprimer son potentiel, sa créativité et découvrir son propre mode d’emploi, se comprendre.

En autohypnose, « le zèbre » apprend à gérer ses émotions, et cette sensibilité exacerbée.

Il pourra également transformer ses croyances limitantes en croyances aidantes, afin de vivre sa propre vie. Apprendre, à calmer son activité cérébrale pour enfin trouver, un sommeil profond et réparateur.

Il sera alors aux commandes de ses besoins et de ses capacités.

Prenez rendez-vous.

À bientôt,
Hélène

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Why ask?

Coordonnées

Hélène PORRY Hypnopraticienne

Adresse
1 b rue des usines 81290 Labruguière

Téléphone: 06.62.91.43.64

Newsletter Inscription

Fibromyalgie ou
le Cri du Corps

Auto-hypnose et hypnose, 2 outils merveilleux qui m’ont permis de vaincre la fibromyalgie.

Ce journal sans prétention, veut simplement vous faire découvrir, à travers mon histoire personnelle, tout ce que ces outils extraordinaires peuvent apporter dans notre Vie.