L’hypnose, une aide supplémentaire en soin palliatif

L’hypnose, une aide supplémentaire en soin palliatif

Il y a quelques semaines, la famille d’une personne hospitalisée en oncologie dans une clinique de la région m’a contacté parce qu’elle était en grande souffrance.
Le chef de service ayant donné son accord, je suis allée à sa rencontre.

L’hypnose est une aide efficace pour soulager la douleur et le stress de l’hospitalisation.

Diminuer les douleurs

Quand je suis arrivée dans sa chambre, j’ai fait la connaissance d’une jeune femme d’une cinquantaine d’années qui, malgré les traitements administrés, ressentait des douleurs constantes.

Nous avons discuté pendant un petit moment et elle m’a expliqué ce qu’elle espérait de cette séance. Son objectif : être soulagée.

Tranquillement, je l’ai amenée en état d’hypnose et elle a perçu en imagination comment elle pouvait diminuer ces douleurs. Elle a voyagé à l’intérieur de ce corps douloureux, et a pu ainsi transformer cette sensation insupportable, en quelque chose de beaucoup plus acceptable pour elle.

Pour terminer, je lui ai appris quelques techniques d’autohypnose, afin qu’elle puisse effectuer ses modifications, sans avoir besoin d’attendre ma prochaine visite.

Quelques jours plus tard, on m’annonçait qu’elle rentrait chez elle, en soins palliatifs, et qu’elle souhaitait que je continue à l’accompagner.

Les étapes de soins palliatifs selon E. Kubler-Ross

Il existe 4 étapes, lorsqu’on apprend, qu’on entre en soins palliatifs

1- La crise initiale :
Cette crise survient juste après l’annonce de l’évolution fatale de la maladie. Le choc émotionnel est violent et souvent suivi d’une phase de déni. La personne se trouve dans un état extrêmement négatif.

L’hypnose peut alors l’aider à transformer cette vision négative en quelque chose de plus positif et lui donne la possibilité de reprendre un certain contrôle sur l’angoisse qui l’envahit.

2- L’étape de transition :
Après le déni surgit une forte réaction émotionnelle, comme de la colère et du désespoir qui peut conduire la personne à s’isoler.

L’hypnose et l’autohypnose pourront permettre à cette personne de franchir ce cap en reprenant le contrôle sur la douleur et sur l’anxiété. Une fois ce contrôle retrouvé, elle pourra renouer le lien avec l’entourage proche, mais également avec l’équipe soignante.

L’hypnose pourra également amener une diminution des antalgiques. Cela aura pour conséquence l’amélioration l’état de conscience et donc une meilleure qualité relationnelle.

3- La phase d’acceptation :
Cette étape peut être longue et même parfois ne jamais arriver.

Pendant cette période, l’hypnose peut aider la personne à voir les choses sous un angle différent, alors que l’autohypnose lui donne la possibilité de continuer à faire face aux défis qui se présentent à elle, ainsi qu’une meilleure gestion du stress.

Elle pourra alors voir la mort comme un processus naturel et non comme quelque chose de brutal.

4- Même si l’idée de fin a été présente jusque-là, toutes les étapes précédentes étaient centrées sur la vie.
Dans cette étape, la mort apparaît en premier plan.

L’objectif de l’hypnose serait donc de renforcer le contrôle que la personne a sur les symptômes de sa maladie (douleurs, nausées, etc.), mais également de favoriser une certaine forme de « laisser-faire ».

Visite à domicile

Quand je suis allée voir ma cliente à son domicile, son état s’était beaucoup dégradé. Elle était extrêmement fatiguée et souffrait énormément.

Je lui ai alors demandé ce qu’elle attendait de cette séance.

Elle m’a répondu qu’elle voulait à nouveau diminuer la douleur, mais comme elle ressentait énormément de culpabilité et d’angoisse par apport à ses proches, elle souhaitait également retrouver un peu de sérénité.

La dernière fois que je l’avais vu, elle m’avait parlé de son amour pour l’océan, de la plage avec le sable chauffé par le soleil et des cris des oiseaux.

En état d’hypnose, elle a voyagé jusqu’à cette plage, et s’est allongée confortablement sur le sable chaud. Je lui ai alors demandé de se concentrer sur ces vagues qui viennent et qui repartent.

Ces vagues, qui à chaque passage emportent, loin avec elles, toutes les douleurs, toutes les angoisses, toute la culpabilité qui n’avait rien à faire là.

En imagination, elle a pu réaliser son rêve de revoir l’océan, en s’allongeant confortablement sur cette merveilleuse plage.
Petit à petit alors qu’elle revivait toutes ses sensations agréables, son visage c’est détendu et un petit sourire s’est dessiné. Elle se sentait bien !

Quelques jours plus tard, sa famille m’a annoncé qu’elle était partie pour un beau voyage, apaisé l’esprit en paix.

L’hypnose et les soins palliatifs

L’hypnose intervient en complément des traitements en cours. Elle permet aux personnes touchées par des maladies graves et se trouvant en soins palliatifs, de ne pas simplement attendre la mort, mais de garder un certain contrôle sur leurs sensations et ainsi aborder la fin de vie avec plus de calme et de sérénité.

En tant que praticienne en hypnose je partage, des instants, des regards, des paroles, mais aussi de merveilleux silences avec la personne qui va bientôt entamer un long voyage. Ces moments sont d’une rare intensité.

Chaque personne a le droit de choisir, comment elle veut effectuer ce voyage. En tant que praticienne en hypnose, je suis à ses côtés pour l’accompagner en respectant ses choix.

Prenez soin de vous !

A bientôt,

Hélène

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?

Coordonnées

Hélène PORRY Hypnopraticienne

Adresse
1 b rue des usines 81290 Labruguière

Téléphone: 06.62.91.43.64

Newsletter Inscription