Comment faire face à la perte d’un enfant ?

Comment faire face à la perte d’un enfant ?

Perdre un enfant est la pire chose qui puisse arriver, car cela va à l’encontre de l’ordre des choses. Ce n’est pas “normal”, qu’un enfant s’en aille avant ses parents. Comment continuer à vivre quand on perd son enfant et comment faire son deuil ?

Lucy

Lucy, (prénom modifié pour préserver l’anonymat) a perdu son fils de 20 ans dans un accident de voiture alors qu’il était passager et avec des amis.

Depuis Lucy a arrêté de vivre. Elle a changé à tout jamais.

Voilà 7 ans qu’elle a perdu sa joie de vivre. Elle pleure tout le temps. Elle est blessée au plus profond d’elle-même.

La perte de son garçon, est pour elle comme un “arrachement”. C’est comme si, elle avait été « amputée » d’une partie d’elle-même.

Lucy est suivie par un psychologue, mais sa souffrance est intacte et quand arrive la date anniversaire du décès de son fils, les choses empirent.

Sur les conseils d’une amie, elle décide de se tourner vers l’hypnose, pour aller mieux.

Perdre un enfant

Perdre un enfant, représente pour les parents une véritable injustice, ce qui au départ fait naître en plus du désespoir, un sentiment de colère, mais également de la culpabilité.

Coupable de ne pas avoir su le protéger.

Il est difficile pour la personne de laisser de côté tous ces sentiments négatifs. C’est comme si le cerveau installait des barrières psychologiques afin de rester accroché au passé. Très souvent, ces personnes ont l’impression que si elles souffraient moins, cela voudrait dire qu’elles perdent le lien avec leur enfant.

L’entourage plein de bonne volonté est plutôt maladroit en répétant qu’il faut tourner la page, passer à autre chose, faire le deuil… La famille, les amis, ne savent pas quoi dire parce qu’ils sont gênés et impuissants face à une telle souffrance.

Il n’y a pas de délai pour faire un deuil et faire celui de son enfant prend des années, car il demande d’accepter quelque chose de monstrueux. Mais faire le deuil ne veut pas dire oublier, bien au contraire, il permet d’assurer la pérennité du lien profond qui existe avec l’être aimé et d’atténuer la douleur.

L’hypnose, une aide pour vivre à nouveau

Lucy me téléphone pour prendre rendez-vous, car elle va mal.

Elle me demande si j’accepte de l’accompagner avec l’hypnose afin qu’elle puisse enfin accepter et faire son deuil. Seulement, elle est sous antidépresseurs, pleure tout le temps et est incapable de conduire.

Je décide donc de me rendre à son domicile.

Lorsque je rencontre Lucy, elle est en larmes. Ses muscles sont tétanisés et elle tremble. Sa souffrance est impressionnante, mais je sais que l’hypnose va l’aider.

Un au revoir apaisant

Doucement, nous commençons à dialoguer. Elle me parle de son garçon disparu dans cet accident, de sa tristesse posée comme une chape de plomb sur ses épaules, mais également de son désir d’aller mieux, afin d’être disponible pour ses autres enfants. Elle voudrait reprendre le cours de sa vie, si cela est possible.

Tranquillement, elle entre en état d’hypnose. La mort de son fils a été brutale et Lucy n’a pas eu le temps de lui faire ses adieux.

Avec l’hypnose, Lucy permet à sa partie inconsciente de démonter toutes les barrières qui avaient été construites, afin de protéger cet amour disparu.

Ensuite, grâce à son imaginaire elle part à la rencontre de son fils. Elle peut alors, toujours en imagination, lui parler et exprimer tout ce qu’elle n’a pas eu le temps de lui dire. Une fois cela fait, elle le laisse s’en aller, continuer son propre chemin, ailleurs…

Cette séance, fut au départ douloureuse pour Lucy. Mais tout doucement en prenant tout le temps dont elle avait besoin, elle a accepté de laisser partir son enfant, sachant qu’un lien indestructible existe entre eux.

Petit à petit, au fil de la séance, son corps s’est détendu et son visage s’est apaisé. Lucy sait qu’elle vient de faire une chose importante et nécessaire. Elle se sent plus légère.

À sa sortie de transe, elle ne tremble plus et a même un petit sourire.

Quelques semaines plus tard, j’ai eu des nouvelles de Lucy. Elle va bien, ne pleure plus et peut parler de son fils en toute sérénité. Elle va pouvoir maintenant, avancer dans sa vie, en paix avec elle-même.

Vous voulez retrouver votre joie de vivre, prenez rendez-vous en ligne.


A bientôt,
Hélène

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Why ask?

Coordonnées

Hélène PORRY Hypnopraticienne

Adresse
1 b rue des usines 81290 Labruguière

Téléphone: 06.62.91.43.64

Newsletter Inscription

Fibromyalgie ou
le Cri du Corps

Auto-hypnose et hypnose, 2 outils merveilleux qui m’ont permis de vaincre la fibromyalgie.

Ce journal sans prétention, veut simplement vous faire découvrir, à travers mon histoire personnelle, tout ce que ces outils extraordinaires peuvent apporter dans notre Vie.